Coronavirus – Covid-19 – 2/2

Coronavirus – Covid-19 – 2/2

Bonjour,

Suite aux deux articles précédents sur le Coronavirus, j’ai posé une question :

Quel est l’activité qui me garantirait des revenus presque identiques si la crise durait six mois. Six mois ou le monde serait au ralenti.


Avec moins de deux mois, on voit déjà :
– ceux qui tiennent et ce qui ne tiennent pas financièrement
– ceux qui ont besoin de l’aide gouvernementale et ceux qui en dépendent
– ceux qui sont à risque d’y laissé leur vie et ceux qui sont moins susceptibles d’être malade
– ceux qui ont perdu leur chemise et ceux qui s’en tirent
– etc.

Tout d’abord, j’admire les gens courageux. Je les admire vraiment. Pas ceux à qui on a donné un ordre, mais ceux qui de leur propre gré font des choses que je (nous) ne pourrais pas faire. Un grand BRAVO !

Ceci pour vous dire que le milieu médical en général (médecin, chirurgien, infirmière, pharmaciens, dentistes, etc.) fonctionnera toujours tout comme les services d’ordre (police, armée, douane, etc.) bien que leur exposition les mettent à risque selon leur lieu de travail.

D’autres, comme les fonctionnaires, les services essentiels (Électricité, Gaz, Essence, Eau, ramassage des ordures, routiers et chauffeurs en tout genre , etc) et les magasins d’alimentation fonctionneront aussi même si c’est moins intensif. Certains plus exposés que d’autres.

Donc, nous avons tout un pan de « salariés » qui conserveront leur salaire et se verront même offrir un boni de risque.

Il y en a d’autres comme les banques qui vont se gaver au caviar et d’autres comme les agriculteurs / éleveurs qui vont sûrement passer au travers sans trop de casse.

Maintenant qu’en est-il des investisseurs et surtout des propriétaires terriens ?

On voit que tous les investisseurs boursiers (hormis quelques secteurs comme l’or) ont perdu leur chemise. Même certains ont cru à une « farce » ont joué contre le marché et se sont ruinés en mars.

Ceux qui ont misé sur une Startup doivent serrer les dents car leur investissement va dépendre de l’injection de nouveaux fonds.


Vous pouvez vous repasser toutes la liste des métiers et voir ceux qui s’en sortent.

Et si la situation perdurai jusqu’à la découverte d’un vaccin ? On parle pas avant 12 a 18 mois. Pas avant Janvier 2021 …

Jusqu’à maintenant tout ce passe bien pour nous, mais cela me permet de réfléchir plus profondément à la question. Et même que je pense à la crise des subprimes de 2008. Je toue tout ça et je me dit :
– Comment quelqu’un de tout a fait normal peut investir sans les soubresauts liés à la finance ou à une épidémie ?

Personnellement, c’est la diversification * qui peut vous apporter cette semi-assurance. Un peu d’immobilier, un peu dans la bourse, un peu dans les métaux, un peu d’entreprenariat, etc.

Mais c’est pas évident à maîtriser tout ces piliers. Je vous le concède.

Mais de grâce commencez quelque part. Commencez par du tangible, commencez par de l’immobilier. Prenons plusieurs exemples :

Type de bien immobilierDécision ?Raison
Hôtel, Airbnb, location courte duréeNonils seront tous fermés lors d’une prochaine pandémie
Location de vacancesNonIls seront tous fermés aussi
Location ou colocation à des étudiantsNonHum, maintenant on risque d’avoir un effondrement de la demande dans le futur lors d’une pandémie et peutre que l’apprentissage en ligne va sulanter les cours en salle.
Location à l’année?Mitigé sur certains segments immobiliers
Location commerciale?Mitigé aussi sur certains segments immobiliers

Vous pouvez passer en revue l’ensemble de vos projets d’investissement (immobilier ou autre) actuel ou futur et vous devrez trouver ce qui pourraient passer au travers advenant un problème (financier, sanitaire, environnementale, etc) qui se répercuterait sur vos locataires ou clients; donc vos revenus.

Tout est une question du risque à prendre. La pandémie va finir un jour, mais la prochaine pourrait être plus virulente et plus mortelle. Les banquiers jouent aussi à la limite de la réglementation parfois et la ficelle fini par casser.

Si on reste sur l’immobilier, voici ce que j’envisageai et mes décisions actuelles :

  • j’envisageai la location pour touristes.
    C’est fini. Peut-être un seul bien touristique pour nous que je louerai la plupart du temps. Mais advenant un crash ou pandémie, je pourrai assumer les risques / conséquences.
  • j’envisageai l’achat de bail commercial et de bureau.
    C’est fini.
    En réalité, j’oserai sur des biens qui sont assurés de rester ouverts : pharmacies et alimentations. D’autres biens existent mais sont pour l’instant hors de ma portée financière : bureaux gouvernementaux, hôpitaux, prisons, etc. Peut-être une marina ou un terrain de maisons mobiles. Calculer les risques est PLUS qu’important !
  • je vais rester sur l’immobilier longue durée classique avec un centrage sur les locataires et la localisation :
    • Locataires :
      Hormis la sélection habituellement (background check), je me tournerai vers des locataires qui ont subi un faible impact lors de ces crises (subprimes & coronavirus).
    • Localisation :
      Des emplacements qui ne subissent pas ou faiblement les soubresauts des crises passées et futurs. Par exemple, pas dans les villes avec une forte concentration de l’industrie pétrolifère comme Dallas ou Houston. Pas non plus proche des centres touristiques / loisirs comme …

Pour la petite anecdote, en 2014, j’aurai pu acheter un motel. Je ne l’avais pas fait à cause de la localisation à l’extérieur du centre urbain mais il était quant même proche d’une voie express.

Ceci pour vous dire que rien n’est figé et vous devez vous renouveler. Vous devez avoir une stratégie. Aiguiser votre stratégie pour que rien ou presque ne puisse affecter votre bien immobilier. Oubliez ce que votre cœur vous dit, écoutez votre tête qui a fait ses devoirs.

Faites moi part de vos commentaires / réflexions ?

* « la diversification est une protection contre l’ignorance … ».

Warren Buffett

Soyez vigilant, soyez attentionné et ne vous mettez pas à risque en quelque circonstance que ce soit.

Laisser un commentaire