News 2020-04 : Opportunités à saisir fin d’été 2020

News 2020-04 : Opportunités à saisir fin d’été 2020

Est-ce que 2020 voire 2021 sera une année semblable à celle de la période des subprimes ?

La question est posée et je ne me prononcerai pas car je me base uniquement sur des données tangibles.

Par contre, voila ce qui peut arriver durant et après cette pandémie du Covid-19 que personne n’a vu venir.


Pour les non initiés avec la cote de crédit utilisé aux USA et Canada, je vous conseille vivement de lire l’article suivant avant de continuer pour bien comprendre la suite : Cote de crédit : explication


En cette pandémie de Covid-19, Le gouvernement fédérale américain a voté plusieurs loi sur l’immobilier. L’une étant la loi CARES (Coronavirus Aid, Relief, and Economic Security) :

  • Un article de cette loi CARES interdit les expulsions pour tous les logements locatifs soutenus par le gouvernement fédéral à l’échelle nationale, soit plus du quart du total d’unités locatives (12.3 million).
  • Un autre article de cette loi CARES permet aux emprunteurs ayant des hypothèques garanties par le gouvernement fédéral de demander une abstention de remboursement temporaire pour une période maximale de 180 jours (6 mois). Les emprunteurs ont également le droit de demander une prolongation de 180 jours d’abstention.

Concentrons nous sur la 2ème article de cette loi CARES qui concerne les emprunteurs hypothécaires. Et j’ai des interrogations dont je n’ai pour l’instant aucune réponse.


1ère interrogation

Il semblerait que 2.9 millions d’américain se sont prévalus à ce jour de la loi CARES. Et que durant les 3 mois prochains, 7 millions d’américain s’en prélaveront.

Bien sûr, pour que cela s’applique l’emprunteur devra contacter son prêteur hypothécaire (banque) pour faire valoir son exemption CARES et avoir une entente écrite.

1 – Que va-t-il se passer pour ceux qui ne font aucune démarche ou ont compris de travers ?


2ème interrogation

À la fin de la période CARES contractée, vous devrez payer la totalité des sommes dues (+ intérêts).

Et si vous avez pris uniquement un arrangement sur 180 jours et que la pandémie est toujours présente. Vous voudriez renégocier avec votre préteur hypothécaire.

Les banques étant ce qu’elles sont, elles pourraient simplement vous demandez tout un tas de documents pour vérifiez que vous n’avez vraiment pas les moyens d’honorer votre dettes. J’ai bien dit POURRAIENT. on verra dans 180 jours.

Notez que les banques font face à leur propre existence avec cette imposition fédéral !

Et les banques pourraient utiliser leur arme de la cote de crédit. Si vous ne payer pas alors que vous ne fournissez pas la preuve de votre incapacité d’honorer vos paiements, votre banque pourraient vous faire chuter votre cote de crédit (100 points) que vous avez mis tant d’année à construire.

Imaginez passer d’une cote de crédit excellente de 750 à 650. À 650, beaucoup d’institutions hypothécaires (sinon la majorité) ne vous permettrons pas d’emprunter à nouveau.

Le crédit immobilier vous sera alors impossible pendant 5 et 7 ans. Donc, à un moment ou un autre vous risquer de perdre votre bien immobilier et devrez devenir locataire pour les 5 à 7 prochaines années.

Notez que plus de 75% des américains vivent de paie en paie (habituellement tous les 15 jours).

Selon toute probabilité, la crise des subprimes n’étant pas très loin dans les souvenirs, beaucoup de propriétaires immobiliers avec des difficultés actuelle ou à venir voudront vendre. Les premiers à vendre sur le marché pourront espérer en obtenir un prix intéressant (au prix du marché) mais l’offre s’accentuant, les vendeurs procrastinateurs devront vendre à des prix inférieurs puisque qu’ils ne voudront surtout pas voir une baisse de leur cote de crédit.

Pour ceux qui n’ont pas compris que vaux mieux vendre en dessous du marché ou vendre à perte est plus intéressant que se faire saisir et ne plus être éligible au crédit vont accentuer un effet probable de panique.

2 – Combien de biens immobiliers se retrouveront sur le marché immobilier ?


3ème interrogation

Certaines estimations prédisent un chiffre d’un million de bien immobilier affecté par cette pandémie et CARES.

Maintenant, imaginez ceux qui sont vraiment très bons joueurs pour X raisons et qui se prévalent de CARES. Prenons un exemple d’un locataire qui a perdu son emploi (j’en ai un) ou d’un propriétaire qui a des locataires qui se prévalent aussi de CARES et ne paient pas.

« Fine » comme disent les américains.

Pas si sûr.

Imaginez que tout se passe bien à la fin de la pandémie et dans les deux cas précédents dans nos exemples, les propriétaires ont respectés toutes les règles de CARES.

3 – Qui vous assure que les banques offriront à nouveau un crédit à tout ceux qui se sont prévalus de CARES (bons ou mauvais payeurs) ?

Les banques étant ce qu’elles sont, elles pourraient simplement trouver que dorénavant vous êtes à risque malgré que votre cote de crédit soit excellente.


Conclusion

Répondez à ces 3 questions et vous aurez une meilleure idée où va le marché immobilier américain dans les prochains mois.

Et rappelez-vous, si vous avez une résidence secondaire, c’est elle que vous essayerez de vendre à tout prix pour ne pas affecter votre résidence principale.


Si vous comptez achetez au moins un bien immobilier, pour une résidence secondaire, pour votre enfant ou pour un investissement, soyez une personne avertie. Soyez prêt si l’effondrement immobilier survient pour profiter des excellentes opportunités.

Consultez notre section Apprendre pour vous aider à comprendre comment réaliser judicieusement votre acquisition immobilière sans tracas.